Manifeste de la maison du film court

«Il faut profiter du cinéma pour être libre» - Alain Resnais, nov 2009.
Répondre à cette injonction d’Alain Resnais, c’est défendre la pluralité des formes et des pratiques cinématographiques, c’est soutenir tous les désirs de création cinématographique, quels que soient les modes de production et les moyens.
La Maison du film court s’inscrit dans une démarche active de soutien et d’accompagnement de tous ceux et celles qui contribuent à cette création : comédiens, techniciens, auteurs, réalisateurs, compositeurs et producteurs.
«Il faut profiter du cinéma pour être libre»; cette liberté n’existe que par la compréhension des contraintes liées aux structures économiques. Dans cette optique, la Maison du film court aide comédiens, techniciens, auteurs, réalisateurs, compositeurs et producteurs à se situer face à ces structures.
La Maison du film court est un espace de mise en réseau, de rencontre entre différents corps de métier, d’analyse des réalités sociales, juridiques et «psychologiques» des différents milieux dits professionnels. Elle accompagne également ceux qui la sollicitent, dans leur parcours d’insertion ou de réinsertion professionnelle. La Maison du film court apporte à chacun une aide personnalisée pour que son projet aboutisse dans les meilleures conditions.
La Maison du film court est l’héritière de la culture du court-métrage et de l’esprit qui le caractérise: diversité des modes d’expression et de production, allant de la recherche la plus expérimentale à la forme la plus classique du récit cinématographique. C’est bien cet esprit, plus que sa durée, qui caractérise le court-métrage.
Ainsi, la Maison du film court accueille le cinéma dans sa diversité et sa singularité. Elle se refuse à réduire le court métrage à son seul mode de production (classique ou alternatif), à une quelconque technique (animation, prise de vue réelle…), à une catégorie (fiction, documentaire, essai…) et à une durée.
Faire des films prend pleinement son sens dans la confrontation et le partage. La Maison du film court organise des projections, des formations professionnelles, des cycles de conférences et de rencontres. Par l’expérience et la diversité des regards qu’elle rassemble elle pourrait devenir un acteur pertinent d’éducation à l’image. Elle accueille les initiatives de ses adhérents et souhaite diversifier les échanges, les collaborations autour de la fabrication des films, et la réflexion sur le cinéma.
La Maison du film court juge nécessaire que le court métrage soit observé dans sa singularité (de sa fabrication à sa diffusion) et, pour ce faire, elle veut participer à la création d’un espace collectif regroupant des associations et structures autour du court métrage.
Elle ne se développera que par une mobilisation accrue de ses membres et partenaires.

La Maison du film court, novembre 2010

  • Mots-clefs